Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 08:58

On traverse la vie comme un super tanker fend les flots, bousculant tout et tous, ne s’arrêtant que contraint et forcé et après une longue et lente décélération, et puis l’on se retourne et l’on constate les dégâts faits sur son passage.

On a brisé quelques cœurs, déçu quelques proches, renforcé la haine de ses ennemis… ? Dommage, mais il fallait avancer, ne pas se laisser piéger par cette espèce de remue-tripes qui vous refile du vague à l’âme.

Ou bien l’on succombe à cette emprise et l’on devient son esclave, ou bien l’on résiste et l’on continue sa route sans se retourner.

On est un dur ou on ne l’est pas !

Mais parfois, même le plus dur des durs se fait choper par ce sentiment irrationnel.

Putain de romantisme !

J’ai attendu le jour de ma séance de dédicaces à Clamecy avec émotion. Moi, le môme du pays, j’allais revenir sur les lieux de mon enfance heureuse après plus de 50 ans d’infidélité. Revoir les endroits où je jouais bien sûr, mais surtout rencontrer peut-être des Clamecycois de ma génération qui m’auraient connu ou connu ma famille.

Premier choc : la maison de mon enfance, là où je suis né ; tout autour les maisons et façades ont été rénovées, sauf la mienne qui est en ruine mais a conservé son allure du temps où j’y vivais. Comme moi elle est délabrée mais toujours debout, désertée mais toujours présente, défiant ses voisins. Une incongruité.

Deuxième choc : la séance de dédicaces fut très calme, peu de monde, mais surtout aucun Clamecycois !... Alors que, derrière ma table, surveillant l’entrée de la librairie, attendant avec espoir la venue d’un vieux bonhomme qui m’aurait dit : « alors comme ça t’es le fils de …. », je n’ai vu que des parisiens en résidence secondaire. Oh si, un seul Clamecycois pur souche, le fils de mon dentiste, mais il n’a pas été sensible à mon émotion et a rompu la conversation bien vite malgré mon lyrisme. Il s’en foutait de mon émoi.

Putain de romantisme !

L’éloignement et le temps font que l’on idéalise ce que l’on a vécu dans son passé, surtout chez ceux de mon espèce, atteints de bougeotte aiguë et qui n’ont pour bagages que leurs souvenirs. Décevoir ces "durs au cœur tendre" c’est renforcer leurs a priori sur les faiblesses sentimentales. Ils se défendent déjà furieusement contre leurs pulsions irraisonnées, alors la déception apporte de l’eau à leur moulin.

Saloperie de putain de bordel de cœur … !! … mais pourquoi fait-il des cabrioles ainsi dans ma poitrine alors que je ne lui demande rien !?... Fiche-moi la paix !

« Allez Jo, oublie, ce n’est qu’une égratignure de plus » me souffle ma conscience.    

Putain de romantisme à la con !         

Partager cet article

Repost 0
Published by JEFF
commenter cet article

commentaires

Louve 04/11/2010 18:19



Non, mais vas-y, hein!!


Te gêne pas et dit à tout le monde dans quel coin je me terre.... Rooooh! Pis j'habite pô là-bas, j'ai une tite trotte quand même, alors, m'embête pas.. Mais il se trouve que j'ai un truc à faire
dans la ville à coté, tu sais, là ou ils font des bagnoles avec un lion dessus!


Je pourrais en profiter pour faire d'une pierre deux coup! héhéhéhé!


Bon, j'ai pas de bus et ma meute risque de se résumer à un ou deux, en plus de moi... pffff..


J'amène mes trois chats si tu veux! Pis en friandise, moi, j'aime que les chuppa chups à la cerise.. Ca te vas??


En tout cas, promis, j'essaye..


bisouille.. 



JEFF 04/11/2010 18:45



P'tain !... y mettent des lions sur les bagnoles chez toi !? Et ça roule à quoi ces caisses... aux steaks tartares ...!?


 


Laisse les chupa chups à la maison, amène plutôt le sauciflard et le calendos et une boutanche de rouquin.



Louve 04/11/2010 12:09



Mon cher Jeff,


j'ai bien pris note de toutes les clause de ton contrat! Pour des raisons de confidentialité, je ne puis te dire ou se trouve ma tannière, mais sache tout de même que c'est dans l'Est..


Je serai peut être un peu accompagnée de ma meute si je passe, mais je ne serai pas non plus juste à coté de la ville ou tu te produit, aussi, je ne suis pas sur de pouvoir venir...


Si c'est le cas, ne t'en fait pas, j'aurai le sourire, et je me ferai connaitre... lol


Voili, voilà!!


Bonne journée à toi.. 



JEFF 04/11/2010 16:34



Oauais ben maintenant tu t'es engagée, fallait pas parler trop vite, t'es obligée de venir accompagnée de ta meute (j'espère qu'ils sont nombreux ... (et toc, un point d'exclam' placé) et qu'ils
aiment lire).


Par exception, et par grandeur d'âme (mon âme est plus grande que moi, ça m'encombre parfois pour me déplacer), je t'autorise à ne remplir l'autobus qu'à moitié. Mais 'tention hein, c'est la
première et dernière fois que je te fais cette fleur, la prochaine fois ce sera un car de 80 places qu'il faudra remplir pour venir me voir. 


Alors à bientôt à Belf... oups pardon j'allais gaffer. 



Louve 31/10/2010 15:32



"Nul n'est prophète en son pays", dit un vieux livre..


Tu passe bientôt vers chez moi! lol



JEFF 03/11/2010 08:49



J'ai hélas vérifié plusieurs fois la véracité de ce dicton.


Et c'est où chez toi !? Car, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, je suis prochainement dans le Nord, dans l'Est, et dans l'Ouest ...?!?!


Et si tu viens me voir en dédicace, j'espère que tu connais les conditions générales de mon organisation :


- venir accompagné de nombreux amis (un autobus suffira)


- apporter des friandises (pour amadouer l'auteur au cas où il serait grincheux)


- se parfumer aux senteurs "sensualité" de Guerdior


- apporter son casse-croûte car la file d'attente est longue


- prévoir de la monnaie pour payer la bise qui est faite aux dames et la poignée de mains aux hommes (prix forfaitaire - réduction pour groupes et pour bises à répétition)


- être souriant(e) devant l'auteur... oups j'ai oublié la majuscule... l'Auteur disais-je, car il n'aime pas ceux qui font la gueule


- ... et pour les autres clauses, voir avec mon avocat, mon attachée de presse, mon secrétaire particulier, mon chauffeur/garde du corps (c'est qu'il faut le garder ce corps magnifique) et,
éventuellement, si tous ceux-ci sont injoignables, voir avec ma concierge.


Voilà, t'as tout les éléments en main pour me rencontrer dans de bonnes conditions.


Mais c'est où ta ville !? 



Berth L'Eunuque 03/10/2010 05:54



"Idéaliser son passé". Moi qui n'ai pas de port d'attache et des origines incertaines, je ne suis pas nostalgique de ce passé. Je le suis par contre de tous ces endroits, de par le monde, qui
m'ont ébloui. Je suis bien trop lâche pour aller confronter leur réalité d'aujourd'hui à la vision qu'il me reste, aux souvenirs que j'ai sans doute édulcorés. Vous vous découvrez romantique,
alléluia, le monde ne vous a pas perdu ; les allumés de votre espèce sont un phare dans la nuit. Ils nous rappellent combien le monde est beau. Ne rougissez pas de votre romantisme, c'est un
romantique qui vous le dit.



JEFF 03/10/2010 07:28



Idem, pareil, même chose, moi itou... je suis nostalgique de tous ces endroits où je suis passé, d'autant plus que la plupart d'entre eux ont une "histoire". Les revoir me décevrait sans doute...
alors gardons en le souvenir intact.


Hé Berthie, en fait j'ai triché un peu, je le sais que je suis romantique, mais c'était pour me l'entendre dire, ça fait du bien à mon ... romantisme justement.


Tiens, rien que pour vous, une ch'tite histoire romantique ... mais faites gaffe, cachez ce mot avec votre bras que personne ne vienne lire par dessus votre épaule.


Je suis retourné 20 ans plus tard à Gurgy (ceux qui ont lu Itinéraire d'un loup comprendront), sur les lieux où j'avais souffert adolescent; je réussissais ma vie, j'étais triomphant, j'avais
exorcisé tous mes démons, mon parcours contredisait les pronostics les plus funestes, j'allais leur montrer ce qu'était devenu le jeune sauvage à ces salauds qui avaient tenté de me briser,
j'allais arpenter ces lieux en conquérant ....


... je suis arrivé sur le site et, frustration suprême, le "chateau" n'existait plus ! Il avait brûlé des années auparavant m'a-t-on appris par la suite. De mon passé tumultueux il ne
restait rien, tout avait été rasé. Là, j'ai eu un grand coup de blues.


Revoir des lieux où l'on a vécu provoque du vague à l'âme à cause des changements inévitables, mais quand ces lieux n'existent plus, sont rayés à tout jamais de la surface, il vous
reste un manque, un vide, une chose inachevée dans le coeur et la tête. Même si ces lieux ont été un endroit de souffrance. 


Sentimental, romantique, je n'en sais rien... en tout cas ça remue là-dedans lorsque je me penche sur mon passé et que je revois tous ces endroits emplis d'humanité.   



Frambel 30/09/2010 13:13



Bonjour: Aujourd'hui anniversaire de .......





Amitié:



JEFF 30/09/2010 16:02



C'est l'anniv' de pépére !?...


Ben je vais aller lui dire deux mots... mais il est dans sa coquille ce bigorneau !!!



Présentation

  • : Le blog de JEFF
  • Le blog de JEFF
  • : Oser dire ce qui ne se dit jamais, ne pas subir le politiquement correct, refuser la médiocrité... j'hurle ma liberté de penser.
  • Contact

DATES DE DEDICACE

Tournée de dédicaces possible en 2013 avec de nouveaux titres sous une nouvelle édition

Patience donc ! 

Recherche

Les Livres De Jdz